Il était une fois, en 1987,  quelques enfants de CM2 qui voulaient faire un geste de partage avec des enfants, qui, très loin d’ici, n’avaient pas eu la chance d’être né dans un pays riche.

    Ces enfants ont entraîné avec eux beaucoup d’autres enfants de Muret, puis leurs parents, et les adultes.  

Ils ont fabriqué leur tirelire de partage, des pâtisseries et des petits objets qu’ils ont vendus, ce qui a permis de collecter des sommes conséquentes.

Alors, en 1989,  la question s’est posée : vers qui diriger ces dons ? Quel organisme, quels enfants, quel pays ?

    Nous avons été mis en relation avec le Centre social St Vincent de Paul de Tanjombato à Madagascar et nous avons donc choisi d’orienter notre aide vers les enfants et les habitants de cette banlieue très pauvre d’Antananarivo. Ce Centre nous est apparu comme une structure très bien organisée, très bien gérée par des responsables fiables et dignes de toute notre confiance, avec lesquels nous pouvions avoir des contacts directs fréquents et réguliers et vérifier la bonne utilisation de l’intégralité de nos dons. Ce contact direct nous évite des frais administratifs de gestion.

    Nous étions en accord avec les buts poursuivis par le Centre :

- scolarisation de tous les enfants, formation professionnelle et parrainages scolaires

- prévention de la malnutrition par la pesée des enfants et une aide alimentaire aux enfants malnutris et à leur famille

- dispensaire : vaccinations, soins et hospitalisations,

- développement par la création de micro-entreprises, suivi social, aide aux démarches administratives.

     Le Centre cherche à responsabiliser toute personne aidée en demandant une participation, même minime.

 

      Puis un soir, au cours d’une réunion, quelqu’un a dit « et si on faisait une fête ! ».

    C’est ainsi qu’est née en 1991 la fête de TAN. 

    Une amitié franco-malgache a débuté entre la communauté malgache de Toulouse et Muret.